• Les Indiens n'ont pas attendu l'arrivée au pouvoir, en 2014, du parti BJP (Parti du peuple indien) pour pratiquer le yoga. Mais le premier ministre, Narenda Modi, a remise au goût du jour cette pratique, l'a encouragée, l'a glorifiée et parfois même imposée. En accédant au pouvoir, il crée un ministère du yoga et réussit à faire du 21 juin la journée internationale du yoga. C'est en effet à son initiative que l'assemblée générale de l'ONU a adopté en décembre 2014 une résolution invitant à célébrer la journée du yoga, résolution à laquelle 177 nations se sont associées.

    Si la pratique du yoga promet plus d’harmonie et de tolérance, cet événement est aussi l’occasion d’étendre l’influence internationale de l’Inde et véhicule des enjeux idéologiques et diplomatiques.

    Narendra Modi est convaincu de devoir laisser une trace dans l’histoire et veut apparaître comme un gourou.

    La pandémie actuelle agit comme un révélateur de sa conception du pouvoir : un pouvoir nationaliste, religieux, pro-hindouiste, centralisé et attentatoire aux libertés.

    Pour moi, le 21 juin reste et restera donc la fête de la musique. Il reste cependant 364 autres jours pour célébrer le yoga !


    votre commentaire
  • Il y a un peu plus de 4 ans, je vous annonçais la décision de Marcel de s'engager plus intensivement sur le chemin du yoga et peut-être à rejoindre l'équipe enseignante.

    Marcel n'a pas choisi une sadhana (voie) facile. Son cœur lui a dicté de suivre Philippe Djoarikian, directeur de la Babaschool, un personnage haut en couleur, généreux mais exigeant, qui ne fait pas dans la demi-mesure. Il sait s'entourer de yogis de sa trempe ; Walter Tirak et Rodolphe Millat sont régulièrement intervenus au cours de la formation. Beaucoup de stagiaires, devant la difficulté, ont baissé les bras et quitté la formation. Marcel y a trouvé au contraire, un groupe et un enseignement à la hauteur de ses espérances, en cohérence avec ses valeurs et en écho à sa quête spirituelle.

    Un parchemin... une étape sur le chemin

    Lui qui a le regret de ne pas avoir fait d'études supérieures, il a trouvé en lui des capacités qu'il ne soupçonnait pas pour écrire un mémoire d'une cinquantaine de pages sur le thème de "Yoga et cheminement" en couchant sur le papier  ses recherches et ses expérimentations mais aussi ses doutes et ses difficultés.

    En août dernier, en proie à un trac ineffable mais encouragé par tous ceux qui l'aiment, ce grand timide, pas très à l'aise dans la prise de parole, a soutenu devant ses pairs cet écrit durant une prestation qui a duré plus de 2 heures.

    Après envoi de son mémoire et de l'attestation de son formateur à la FIDHY, le parchemin est arrivé par la Poste il y a quelques jours, comme une preuve d'une compétence acquise, une reconnaissance.

    Mais Marcel, dans son humilité et sa clairvoyance, y voit seulement une étape dans son cheminement...

    Om Namah Shivaya.

    Un parchemin, une reconnaissance, une étape sur le cheminement

     


    1 commentaire
  • Après de multiples recherches au cours du mois d'octobre pour trouver un abri contre vent et pluie à nos élèves narbonnais, nous avions enfin trouvé un lieu agréable, en plein centre ville, près des Halles et du quai Vallière avec un loyer que la trésorerie de notre association pouvait supporter.

    Le projet Cavy Shala tombe à l'eauA partir du 4 novembre,  nous devions nous retrouver dans la salle Cavy Shala au 4 b rue Guiraud Riquier, en attendant la réouverture des salles municipales.

    La prudence et une petite voix intérieure m'a fait attendre la fin des vacances scolaire de Toussaint pour signer le contrat de location.

    L'annonce du re-confinement le 28 octobre met fin à la joie de se retrouver, de pratiquer ensemble dans un lieu agréable et fait capoter le projet.

    Lâcher prise, vivre l'instant présent, accueillir ce qui est, être le témoin de nos émotions, être dans le contentement... C'est aussi cela le yoga... Nous avons certainement à apprendre de cette situation inédite que nous vivons tous...

    Om Nama Shivaya.

     


    votre commentaire
  • Le début de l'année associative à Narbonne ressemble à la fin de la saison dernière en raison de la décision du maire de Narbonne de garder les structures sportives (gymnases et salles) fermées en raison de la crise sanitaire qui perdure dans notre région. Dans un premier temps la date du 30 septembre avait été annoncée puis quelques semaines plus tard la date du 31 octobre.

    C'est donc avec quelques pratiquants bien décidés de continuer la pratique, que nous avons repris le chemin de la Nautique pour des pratiques en plein air face à l'étang de Bages les mardis et vendredis de 18h30 à 19h30. Le lieux nous réserve alternativement de magnifiques couchers de soleil, des ciels magnifiques, une belle conscience des 5 éléments (tour à tour feu, air, terre, eau et éther), une difficile maitrise de pratyhara (maitrise des sens) lorsque les moustiques sont de la partie mais toujours le plaisir de se retrouver et de pratiquer.

    Tant que le temps le permettra et que nous n'aurons pas retrouvé une salle, ce petit bout de paradis nous verra débarqué 2 fois par semaine...

    Prolongement des pratiques en plein air sur la fin de l'été et début d'automne


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique